RENTREE LITTERAIRE > Des beaux mots dans le cartable (lepetitjournal.com)

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, l’été s’estompe peu à peu. Pour prendre sa relève, la rentrée arrive gonflée à bloc et toute bronzée ! Mais elle n’arrive pas seule. Ce sont de nombreux livres tout frais qui nous arrivent en beauté en cette rentrée littéraire qui s’annonce riche en beaux mots. Lepetitjournal.com vous a concocté une sélection personnelle pour que cette reprise se passe tout en douceur. 
Amélie Nothomb, La nostalgie heureuse, Albin Michel, 16.50€
Amélie Nothomb fait partie de ces auteurs qui, à l’image des superstars, ont un fan-club de fidèles lecteurs. Chacun d’entre eux connait la passion, le quasi culte même, que la romancière entretient avec le Japon, son pays natal. Dans La nostalgie heureuse Amélie Nothomb prend sa plume pour se raconter. Face à elle-même, c’est d’avantage le récit d’une vie plutôt qu’un roman qu’il faut voir dans l’ouvrage. Elle-même résume parfaitement son 22ème roman en ces mots « Tout ce que l’on aime devient une fiction ». Avis aux amateurs ! Retrouvez Amélie Nothomb par ici.

Jean Rolin, Ormuz, POL, 16€
Né en 1949, Jean Rolin passe son enfance entre la France et le Sénégal. Ceci forme son esprit d’aventurier ouvert sur le monde. Le récit de son dernier livre prend place dans la zone sous tension du détroit d’Ormuz. Reliant le golfe Persique à la mer d’Arabie, le détroit voit transiter une part importante du pétrole et du gaz alimentant le reste de la planète. Son héros, un dénommé Wax, entreprend le projet fou de traverser les lieux à la nage ! Ironie et mélancolie sont au rendez-vous pour ce livre surprenant qui saura captiver les plus aventuriers d’entre nous. Pour en connaître plus sur l’auteur n’hésitez pas à vous rendre ici.

Marie Darrieussecq, Il faut beaucoup aimer les hommes, POL, 18€
Célèbre pour son roman Truismes, dans lequel une femme se métamorphose en truie, Marie Darrieussecq reprend sa plume dans un tout autre genre. Plongé dans l’univers des sentiments, le lecteur est la victime des passions dévorantes de Solange, l’héroïne. C’est aussi l’histoire des contraires entre la passion d’une blanche pour un noir, le désir d’une femme pour un homme qui ne veut pas d’elle, la beauté de l’amour face à une cruelle indifférence. En littérature, s’il y a bien une chose à savoir, c’est que les bons sentiments ne font pas toujours de bons romans. Ici, vous êtes servis ! Ici vous pourrez voir l’auteur évoquer son premier roman qui sert de base à son nouvel ouvrage.

Laurent Obertone, Utøya, Ring, 20€
Après son dernier ouvrage La France orange mécanique qui a suscité la polémique, l’écrivain et journaliste Laurent Obertone revient une nouvelle fois à la charge avec son dernier qui risque de provoquer des remous. L’auteur revient sur cette tragique journée du 22 juillet 2011 où Aders Breivik fusille 77 personnes sur l’ile d’Utøya en Norvège. Plongé dans la tête du meurtrier, le récit glace le sang en plongeant le lecteur au cœur de la tuerie. A mi-chemin entre enquête et récit, l’auteur a le désir de « restituer le plus grand massacre de masse à main armée mené par un seul homme ».Vous pouvez consulter le teaser du roman par ici. Sueurs froides garanties !

Jolie Bonnie, Chambre 2, Belfond, 17.50€
A l’origine chanteuse, Julie Bonnie signe avecChambre 2 son tout premier roman. Des débuts prometteurs, puisqu’à peine sorti, Chambre 2 a reçu le prix du roman Fnac. Au milieu d’histoires parallèles, le récit se déroule au sein d’une maternité. Béatrice, puéricultrice et accessoirement héroïne du roman, évoque toutes les difficultés rencontrées au contact de cet univers où nait la vie. Mais c’est aussi l’histoire d’une jeune femme tourmentée par l’existence. Un ouvrage qui parfois semble inspiré de la vie de l’auteur. En attendant de lire son premier ouvrage vous pouvez l’écouter par ici.

Richard Ford, Canada, Editions de l’Olivier, 22.50€
Américain, c’est en 1976 que Richard Ford publie son premier roman Une mort secrète. En 1996, il reçoit le prix Pulitzer pour L’indépendance. Dans Canada, l’auteur amène le lecteur dans une fuite libératrice vers l’inconnu. Le héros, Dell Parsons, après que ses parents sont arrêtés pour hold-up, décide de prendre s’enfuir. Il quitte le Canada et est recueilli par Remlinger, qui fait de lui sont apprenti. Canada est le récit de ces années d’apprentissage au beau milieu d’une nature magnifiée par le style de l’auteur. Une puissante force libératrice semble comme se glisser sur chaque page. Dépaysement garanti ! Pour les anglophones,retrouvez Richard Ford ici.

Jean d’Ormesson, Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit, Robert Laffont, 21€
Auteur désormais incontournable dans le paysage littéraire français, Jean d’Ormesson ne compte plus le nombre de ses romans toujours tendres. L’académicien de 88 ans part en excursion au beau milieu de ce qu’est devenu et de ce que devient le monde à chaque instant. Plongé au milieu d’une douce et parfois dure réflexion, l’écrivain se promène tantôt sur les doux sentiers de l’amour, tantôt sur les routes embrumées de la religion. Sa plume, toujours finement taillée, sculpte avec délicatesse ce récit d’un éternel contemplatif. Retrouvez l’auteur dissertant sur son art dans cette courte interview.

David Fauquemberg, Manuel el Negro,Fayard, 20€
Tout se passe en Espagne, très au sud plus précisément. Dans les Barrios suants d’Andalousie, chez les gitans, le flamenco se transmet comme une seconde nature. Après avoir passé plusieurs années en immersion, l’auteur parvient à nous faire rentrer dans l’univers si particulier du flamenco et à retranscrire la façon de vivre de ces musiciens libres. Allant de figures totalement romanesques à des personnages quasi-réels, le roman vous permettra de vous sentir au plus près de ce monde parfois même étranger à lui-même. Pour écouter l’auteur parler de son dernier roman, par ici.

Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, Albin Michel, 23€
Traduit dans près de quinze langues, Pierre Lemaître est désormais un auteur à succès reconnu. Habitué en général au registre policier, il revient cette fois-ci dans un tout autre genre. Au revoir là-haut se déroule durant la sombre période de la Grande Guerre. Deux jeunes soldats comprennent alors que la France ne veut plus d’eux. Livrés à eux-mêmes, les deux compagnons tentent de reprendre pied dans la vie « normale ». Le roman raconte de quelle manière vont-ils s’y prendre pour sortir de leur précarité, de leur misère sociale. Un récit réaliste et sombre qui retrace l’histoire de tant de soldats qui se retrouvèrent sans repères après la démobilisation. Retrouvez Pierre Lemaître sur son rapport à la Guerre de 14-18 ici.

Yasmina Khadra, Les anges meurent de nos blessures,Juliard, 21€
Connu et reconnu dans le monde entier, Yasmina Khadra est aujourd’hui un des auteurs majeurs de la littérature. Réalisant un véritable pont entre Orient et Occident, son style est toujours à la hauteur de ses histoires. Dans Les anges meurent de nos blessures, l’auteur nous plonge au cœur de l’Algérie de l’entre-deux guerres où il met en scène le parcours du jeune Turambo qui rêve d’une vie faite de gloire mais surtout d’amour. Argent, fièvre des rings, beauté des femmes, tout est là pour former un roman étincelant et bouillonnant qui promet de faire parler de lui. Retrouvez un extrait du roman commenté par l’auteur lui-même par ici.

Spécial polars

Harlan Coben, A quelques secondes près, Fleuve Noir, 18.90€
Harlan Coben est sans doute un des auteurs les plus populaires chez les amateurs de polars. A 51 ans, il a publié un nombre impressionnants de romans policiers. Dans son dernier roman à paraître, le lecteur suit les aventures de Mickey Bolitar, adolescent pour qui la vie est loin d’être rose. Ayant perdu ses parents, le jeune homme va se questionner sur leur passé. D’autres tragiques rebondissements vont subvenir, le tout pour former un polar qui devrait ravir les amateurs du genre. Palpitations garanties. Retrouvez Harlan Cobenraconter comment et dans quelles conditions il écrit.

Arnaldur Indridason, Le livre du roi, A.m. Metailie, 21€
Islandais d’origine, Arnaldur Indridason est diplômé d’Histoire et de journalisme. Il n’en est pas à son coup d’essai puisque c’est son sixième roman policier qu’il publie à ce jour. Connu et récompensé pour La femme en vert, ses livres font toujours mouche dans les pays scandinaves. Le livre du roi retrace l’aventure d’un élève et de son professeur qui partent à travers l’Europe à la recherche d’un mystérieux pour lequel ils sont prêts à tuer. A mi-chemin entre Histoire, fantastique ou encore mysticisme, le polar vous plonge au cœur d’un univers étonnant qui promet de vous donner des sueurs froides. A lire absolument !

Olivier Truc, Le Dernier lapon, Points, 8.20€
Correspondant pour le Point et le Monde, Olivier Truc vit à Stockholm. Spécialiste des pays baltes et scandinaves, il réalise aussi des documentaires. C’est donc tout naturellement que dans son dernier polar (paru en 2012 mais réédité pour cette rentrée littéraire), Le Dernier lapon, le récit tient place en Laponie. Voilà quarante jours que le soleil a disparu. Sa réapparition est prévue pour le lendemain. Mais durant la nuit, une œuvre d’art est dérobée et un meurtre est commis. Dans cet univers gelé, Nina, patrouilleuse à la police des rennes, va mener une enquête à travers la toundra glaciale. Parviendra-t-elle à retrouver le meurtrier ? Qui est-il ? Vous le saurez en lisant Le Dernier lapon.Retrouvez Olivier Truc à propos de son roman.

David Corbett, Une certaine vérité, Sonatine, 22€
Si Une certaine vérité a été élu meilleur thriller de l’année par la Washington Post ce n’est sûrement pas un hasard. En effet, David Corbett a de quoi écrire puisqu’il a lui-même été, pendant près de quinze ans, détective privé à San Francisco. Dans son premier polar publié en France, l’auteur fait voyager le lecteur d’un pays à l’autre, en passant des Etats-Unis au Salvador. Le tout sur un fond de meurtre et de guerre. Un thriller d’une envergure colossale qui sans aucuns doutes ravira les amateurs de polars musclés. Pour les anglophones, une interview de l’ex-détective ici.

Nora Roberts, Coupable Innocence, Mosaic, 20.90€
Avec plus de 400 millions de romans vendus et traduits dans 26 langues, Nora Roberts sait ce que best-seller veut dire. Spécialisée dans les romans d’amour et les thrillers psychologiques, elle revient cette fois-ci avec un polar éprouvant. Alors que Caroline Waverly, célèbre violoniste, décide d’aller se ressourcer dans le Mississippi, elle retrouve dans le bayou le corps d’une femme sauvagement assassinée. Une enquête va alors s’ouvrir afin de débusquer cet horrible meurtrier coupable de mutilations barbares. Un thriller policier qui flirte avec le psychologique, tout cela pour le meilleur et pour le pire. Pour les anglophones toujours, vous pouvez retrouver l’adaptation du roman sur le petit écran par ici.
Yoann Solirenne (www.lepetitjournal.com) mercredi 4 septembre 2013

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s